« Avoir mal pendant ces règles, n’est pas une fatalité !!! »

 

Voici, la phrase que l’on entend souvent lorsqu’une Jeune Femme a mal au ventre pendant les menstruations.

 

Aujourd’hui, en 2017, avoir mal au ventre à avoir des malaises, resté allonger, pendant 3-4 jours, n’est pas normal.

Nous avons pu voir en 2016, de nombreuses manifestations au mois de mars, notamment sur la maladie gynécologique la plus mystérieuse de notre siècle : L’ENDOMETRIOSE.

 

L’endométriose, est une maladie chronique et en général récidivante, qui touche une femme 1 sur 10 en âge d’avoir un enfant. Elle est aujourd’hui, jugée mystérieuse, car on ne connaît pas encore ces mécanismes de déclenchement de la maladie :

-      Génétique

-      Conditions de vies, économiques, culturelles

-      Flux rétrogrades

-      Dysfonctionnement du système hormonal.

 

On l’a découvre, lorsqu’une Femme :

-      Veut un enfant, 1ère cause d’infertilité

-      Lors d’un examen de routine

-      A des douleurs

 

La maladie se développe par la formation en dehors de l’utérus formés de cellules endométriales.

Le tissu endométrial, peu importe où il se situe dans le corps réagit aux fluctuations hormonales  du cycle menstruel. Ainsi, chaque mois, la muqueuse utérine se forme puis saigne. Cependant, lorsque ce tissu se situe à l’extérieur de l’utérus comme c’est le cas chez les femmes atteintes. Les saignements refluent et irritent les organes avoisinants et le péritoine. Cela entraine :

-      Des Kystes

-      Du tissu cicatriciel

-      Des adhérences

 

Localisés :

-      Aux ovaires

-      Trompes de Fallope

-      Les ligaments soutenant l’utérus

-      La surface extérieure de l’utérus

Rarement :

-      Aux Intestins

-      À la vessie

-      Aux reins

Et très rarement :

-      Poumons

-      Bras

-      Épaule

 

Les complications

-      Adhérences

-      Baisse de la charge ovarienne

-      Infertilité

 

Les symptômes

-      Douleurs au bas-ventre irradiant dans le bas du dos progressivement et se manifestant sur un côté de l’abdomen

-      Douleurs lors des règles, en urinant, des diarrhées, de la constipation

-      Douleurs lors de l’ovulation

-      Fatigue, déprime, irritabilité

-      Spottings

-      Sang dans les urines

Deux situations peuvent réduire l’endométriose : la grossesse et la ménopause (voir plus loin)

 

En 30 ans, l’endométriose a flanché, notamment à cause des perturbateurs endocriniens (alimentation, cosmétique, environnement).

Les traitements sont généralement pour reposer et mettre la maladie « en veille » : Pilule, injections. On intervient également chirurgicalement pour enlever les « débris ».

 

En cas d’hystérectomie, l’endométriose peut se mettre sur les organes à côté.

En cas de ménopause, l’endométriose peut se développer dans l’utérus, on appelle cela l’adénomyose.

 

Rachel STAWIARSKI

 

 

Sources :

-      Passeport santé

 

-      Endofrance

Endométriose : 

L'endométriose se caractérise par une présence anormale de fragments d'endomètre localisés à l'extérieur de l'utérus. L'endomètre correspond aux tissus qui tapissent la cavité utérine. Lorsque l'ovule n'est pas fécondé, l'endomètre se nécrose, est éliminé durant les règles puis renouvelé. Lorsque ces tissus se développent à l'extérieur de l'utérus, lors d'une endométriose, ils ne peuvent être évacués et provoquent les manifestations de la maladie. L'endométriose est une maladie gynécologique évolutive qui touche environ 2% des femmes. 

 

Symptômes

Elle se caractérise par la présence de segments d'endomètre (ou muqueuse utérine) qui viennent se greffer en dehors de l'utérus, sur des organes génitaux comme le corps de l'utérus ou les ovaires, mais également non génitaux comme le péritoine, membrane tapissant la paroi abdominale ou le rectum. affection dont l'origine n'est à l'heure actuelle inexpliquée, elle touche surtout les femmes jeunes jusqu'à 35 ans. L'endomètre étant sous influence des hormones du cycle sexuel, l'endométriose sera également soumise à ces changements, ce qui explique une partie des symptômes. Les symptômes d'une endométriose varient en intensité d'une femme à l'autre. Le délai entre le début des manifestations de l'endométriose et son diagnostic est de plusieurs années. 

Parmi les signes cliniques de l'endométriose, les douleurs abdominales basses et dessaignements d'origine génitaux sont fréquents. L'infertilité est une complication fréquente et des douleurs lors des rapports sexuels sont souvent rapportées. Dans le cas de l'endométriose légère, les fragments se fixent sur l'utérus, les ovaires, les trompes de Fallope. Dans une forme plus sévère, des kystes (endométriomes) se forment dans la cavité utérine ou sur l'ovaire et desadhérences accolent les organes. La maladie disparaît de façon spontanée après la ménopause

Douleurs pelviennes

Aucune des manifestations douloureuse n'est spécifique à l'endométriose. Les douleurs pelviennes chronique sont localisées au niveau du bas ventre et peuvent toucher également la jambe ou le bas du dos. La présence de douleurs pelviennes sévères et persistante depuis plusieurs semaines ou mois peut évoquer la présence d'une endométriose. Une perte de connaissance peut être constatée en cas de forte douleur. 

Dysménorrhée

Une endométriose provoque des douleurs importantes pendant les règles qui peuvent être hémorragiques. La présence de douleurs précédant les règles s'observe également (dysménorrhée). Ces manifestations correspondent à la dysménorrhée. 

Dyspareunie

La présence de rapports sexuels douloureux (dyspareunie) est une autre caractéristique, non spécifique, de l'endométriose. 

Troubles digestifs et urinaires

Les troubles digestifs et urinaires associés à l'endométriose sont notamment une diarrhée ou une constipation, des douleurs lors de la défécation, des rectorragies, des douleurs ou brûlureslors de la miction, des difficultés à vider la vessie ou encore une hématurie

Fatigue

Des épisodes de fatigue chronique est une manifestation fréquente de l'endométriose. Cettefatigue peut être aggravée par les traitements. 

Autres manifestations

L'endométriose peut provoquer une infertilité. La présence de pertes brunâtres à la fin de règles ou après un rapport sexuel, la survenue de nausées, de vomissements, de vertiges et parfois de douleurs pulmonaire ou thoraciques survenant au cours des règles et situées droite ou d'unetoux peuvent s'observer également. 

Absence de manifestations

Certaines femmes ne présentent aucune manifestation et l'endométriose est découverte fortuitement au cours d'un bilan d'infertilité.

Diagnostic

Le diagnostic de l'endométriose repose sur un examen gynécologique approfondi ; uneéchographie dont le but est de déceler les endométriomes, parfois, une IRM (imagerie par résonance magnétique), une laparoscopie ou coelioscopie qui consiste à examiner la cavité abdominale à l'aide d'un endoscope. La laparoscopie ou la coelioscopie présentent deux avantages considérables : l'identification formelle de l'endométriose et la possibilité d'éliminer les foyers d'endométriose au cours de l'exploration. 

Traitement

Le traitement de l'endométriose a pour principal but de diminuer ce tissu indésirable. Compte tenu de l'influence hormonale, des médicaments ayant des effets contraires à la prolifération de ces tissus sont prescrits. La coelioscopie ou laparoscopie qui fait le diagnostic a également comme intérêt de permettre une intervention en enlevant un éventuel endometriome ou les adhérences entre organes. 

N'hésitez pas à rejoindre l'association 

Écrire commentaire

Commentaires: 4
  • #1

    Natacha (mardi, 28 juin 2016 10:37)

    Maladie qui est très handicapante et qui me prive de la plus belle chose au monde: être maman...

  • #2

    Claire (mardi, 28 juin 2016 11:00)

    Maladie invasive, qui prend le contrôle sur notre corps à nos dépends! Des douleurs ingérables et une infertilité!

  • #3

    Aurélie (mardi, 28 juin 2016 11:29)

    Maladie de merde qui pourri la vie ds tout les sens du terme qui empêche à certaines donc moi de porté la vie qui a chaque règles souffre comme jamais et même en dehors des règles qui empêche d'avoir une vie normal la plupart du temps nous sommes sur la table opération ou à l'hôpital

  • #4

    Annlise (mardi, 28 juin 2016 19:01)

    Que rajouter qui n'a déjà été indiqué...
    Il a fallu du temps pour que les médecins prennent en compte cette maladie handicapante.
    Je viens d'être reconnue par la mutuelle comme malade chronique (Belgique).
    Quel désespoir de se rendre compte qu'elle nous empêche de donner la vie et comment faire comprendre aux gens que c'est une maladie car ils ne comprennent pas!