Teste ERA : Biopsie de l'endomètre

 

 un test pour savoir quand implanter

 

Des chercheurs espagnols ont mis au point un test capable de limiter les échecs lors d’une fécondation in vitro, en détectant le bon timing pour implanter l’embryon.

 

 

La fécondation in vitro (FIV) est une technique encore jeune, qui ne mène pas toujours au résultat escompté. En effet, dans 20 % des cas, l’implantation ne donne pas lieu au développement d’un fœtus.

Rythme de l'endomètre

 

Ce taux élevé d’échecs, on le doit notamment à une erreur de timing dans l’implantation. En effet, la fenêtre d’implantation est une très courte période pendant laquelle l’utérus est prêt à recevoir l’embryon et à assurer son développement. On estime ainsi que l’endomètre, la muqueuse qui tapisse l'utérus, est capable de recevoir l’embryon six à huit jours après l’ovulation, soit entre le 20e et 22e jour de chaque cycle menstruel. Autant dire qu’il faut être synchronisé. D’autant plus que chaque utérus possède ses propres variations rythmiques.

C’est précisément la raison pour laquelle des chercheurs espagnols ont mis au point un test (Era, pour Endometrial Receptivity Area) capable de déterminer avec précision le moment propice pour l’implantation. Ce test fait l'objet d'une étude depuis fin 2014 sur plus de 2 500 patients à travers 10 pays. Il a été présenté lors d’un congrès international sur l’infertilité (Alicante, Espagne).

238 gènes analysés

 

Dans le cadre d'une procédure de fécondation in vitro (FIV, ICSI, IMSI) il est bien établi que l'implantation embryonnaire ne peut se faire que pendant une courte période appelée la "fenêtre d'implantation".

Habituellement, la "fenêtre d'implantation" est déterminée par le monitorage de l'ovulation : association de dosages hormonaux et de mesures échographiques de l'épaisseur et de l'aspect de l'endomètre.

Pendant cette courte période, l'endomètre, muqueuse qui tapisse la cavité utérine devient propice à l'implantation embryonnaire. Chez certaines femmes, cette période pourrait être décalée, trop précoce ou trop tardive. Le simple monitorage de l'ovulation pourrait alors être pris à défaut et induire artificiellement une erreur du timing de l'implantation...

Ainsi, on estime que ce décalage de la "fenêtre d'implantation" pourrait expliquer environ 15 % des échecs de la procédure de fécondation in vitro.

 

Le test consiste à pratiquer une biopsie d'endomètre et à analyser l'expression de 238 gènes dans les cellules de ce dernier.

Pendant la phase de réceptivité optimale (fenêtre d'implantation) ces gènes s'activent ou se désactivent. Cette expression des gènes permet de définir le meilleur moment pour le transfert d'embryons.

Le prélèvement est effectué de 6 à 8 jours après l'ovulation, soit entre J-20 et J-22 d'un cycle de 28 jours. Il est effectué sur un cycle naturel ou sur un cycle substitué avec une préparation hormonale. Ses résultats sont à interpréter de la manière suivante :

Test réceptif : le transfert d'embryon peut avoir lieu au prochain cycle au même jour dont a été effectué le prélèvement ;

Test non réceptif : il peut être alors post implantatoire ou pré implantatoire. Un autre test doit être effectué au prochain cycle tenant compte de ces résultats, jusqu'à l'obtention d'un test réceptif.

La biopsie d'endomètre peut être couplée à une hystéroscopie diagnostique.

 

Indications

Le test ERA n'est pas systématique. Il est proposé pour les femmes qui rencontrent des échecs successifs de plusieurs tentatives de FIV et lorsque l'on pense qu'il puisse s'agir d'un décalage de la "fenêtre d'implantation" (échec d'implantation : embryons de bonne qualité morphologique avec un utérus et un endomètre normaux en apparence). Il apporte une approche moléculaire à la mesure de la réceptivité de l'endomètre.

 

Coût du test ERA

Le test ERA a été développé en Espagne (laboratoire Igenomix). En France, il ne s'agit pas du tout d'un test de routine, il ne se pratique uniquement dans certains centres spécialisés.

 

Le coût de l'examen est d'environ 650 euros. Cet examen n'est pas pris en charge par la sécurité sociale et n'est donc pas remboursé.

 

 

Commentaires: 0