Le don de sperme côté receveurs

Pour pouvoir bénéficier d’un don de sperme, le couple doit remplir certaines conditions :

  • être un couple hétérosexuel ;
  • être inscrit sur la liste avant 39 ans pour la femme, 57 ans pour l’homme. L’âge limite pour bénéficier d’une AMP est fixé à 42 ans pour la femme (avec une tolérance dans certains cas, suite à la décision de l’équipe pluridisciplinaire).

La démarche de demande de don se fait en plusieurs étapes, toutes organisées par le CECOS :

  • un premier entretien : le couple fait sa demande de don de sperme au CECOS ;
  • un entretien avec un psychologue ;
  • une consultation avec un gynécologue pour effectuer un bilan et décider de la technique d’AMP (insémination ou FIV) ;
  • des examens complémentaires (sérologies, détermination du groupe sanguin…) ;
  • une demande de consentement à la procréation médicalement assistée nécessitant l’intervention d’un tiers donneur auprès du tribunal ou d’un notaire.

Au vu de ces différents éléments, la commission pluridisciplinaire valide ou non la demande de don. Elle peut également demander des informations complémentaires avant de valider la demande. Une fois la demande validée, le délai d’attente pour l’obtention du don de sperme varie selon les CECOS, mais aussi certaines caractéristiques des parents. Il est en moyenne de 1 à 2 ans.

Les spermatozoïdes congelés sont conservés jusqu’à leur attribution à des couples receveurs. Ils peuvent ensuite être utilisés dans le cadre de deux techniques d’AMP :

  • l’insémination artificielle avec sperme de donneur (IAD) : technique d’AMP la plus simple, l’insémination artificielle consiste à déposer dans l’utérus (insémination intra-utérine) ou au niveau du col de l'utérus (intra-cervicale) les spermatozoïdes du donneur préalablement préparés, 36 heures après le déclenchement de l’ovulation par un traitement de stimulation ovarienne ;
  • la fécondation in vitro : la FIV classique consiste à reproduire en laboratoire l’étape naturelle de la fécondation, en mettant les ovocytes préalablement prélevés chez la femme (après une stimulation ovarienne) en contact avec plusieurs spermatozoïdes du donneur. Un ou deux embryons de qualité sont ensuite transférés dans l’utérus. Les éventuels embryons surnuméraires peuvent être congelés pour un TEC (transfert d'embryons congelés) ultérieur. La FIV-ICSI (intracytoplasmic sperm injection) consiste, à l'étape de la mise en fécondation, à injecter un seul spermatozoïde directement dans la membrane de l’ovocyte, pour optimiser les chances de fécondation.

SOURCE